Exposition, petits violons et conférence à la maison de quartier le 30 mars

Tous les deux mois le CIQ organise une conférence dans le dojo de la maison de quartier. Le 30 mars cette conférence était accompagnée d’une exposition sur l’histoire de la Cayolle de 1980 à 2000 : « le temps des constructions ».

Détails sur : Le temps des constructions : La Cayolle 1980 – 2000

71 expo.jpg
Vidéos, photos, planches explicatives, la Cayolle entre 1980 et 2000 revivait dans le dojo de la maison de quartier

 

A 17h30 un concert surprise des Petits Violons des Calanques a accueilli le public. En l’absence du professeur Joel Chouquet les élèves à tour de rôle ont joué au chef d’orchestre.

 

 

 

A 18h, Arlette Hérat et Valérie Deldrève présentaient une conférence sur les relations et l’attachement des habitants de la Cayolle à la nature.

Arlette Hérat et Valérie Deldrève sont toutes deux universitaires, sociologues et urbanistes. Elles ont beaucoup travaillé sur la Cayolle, réalisant plus de 40 entretiens avec des habitants. Elles connaissent très bien notre quartier, son environnement et son histoire.

72 conference.jpg
Valérie Deldrève et Arlette Hérat

Elles ont dressé un portrait très complet des relations des habitants de la Cayolle avec les collines. De l’importance de pouvoir vivre dehors, pas enfermé dans la ville.

Elles ont comparé l’évolution de la perception de la ville et de la perception des collines.

Revenant à 1973 où un projet de construction de 3 000 logements à la Cayolle jusqu’au col de Sormiou a provoqué une vive opposition. C’est cette opposition qui permettra de délimiter un espace naturel protégé qui deviendra 40 ans plus tard le Parc national.

En même temps la notion d’espace naturel protégé a changé. Il y a 40 ans cela signifiait protéger la nature contre l’homme, et par extension contre les habitants du quartier. Aujourd’hui l’homme est considéré comme faisant partie de la nature à protéger. Et le Parc national étudie comment aménager ses abords avec les habitants du quartier, pour que nous puissions en profiter dans le respect des équilibres naturels.

Transformation du quartier avec la rénovation urbaine, transformation des exigences de la préservation des collines avec le Parc national. Toutes les conditions sont réunies pour que se renoue la relation entre la Cayolle et ses collines, qui fait partie de son histoire profonde, et qui est indispensable à notre qualité de vie.

Cette présentation était appuyée sur deux frises historiques d’un grand intérêt accessibles par ce lien : FRISES HISTORIQUES

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s