Conférences autour de l’exposition

Auditorium du musée d’histoire. Gratuit dans la limite des places disponibles. Téléchargez le programme détaillé :

MARDI 14 JANVIER 2020 A 18H

IMMIGRÉS DE FORCE, LES TRAVAILLEURS INDOCHINOIS À MARSEILLE PENDANT LA SECONDE GUERRE MONDIALE

Par Pierre Daum, journaliste et historien, auteur d’enquêtes sur le passé colonial de la France.

Entre 1939 et 1952, vingt mille travailleurs vietnamiens sont recrutés de force en Indochine pour soutenir l’effort de guerre, ils sont internés dans plusieurs camps marseillais : aux Baumettes, à Mazargues et à la Cayolle. Après 70 ans de silence, le voile se lève enfin sur cette partie de l’histoire coloniale française.

MARDI 4 FÉVRIER 2020 À 18H

HÉRITAGES ET ACTUALITÉS DES BIDONVILLES À MARSEILLE

Par Thierry Durousseau, architecte et co-auteur d’une étude sur le bidonville Colgate et le quartier de la Cayolle en 1969, et Marion Serre, architecte, chercheuse, ENSAMarseille, autrice d’un mémoire sur les bidonvilles de Marseille.

Tandis que Thierry Durousseau évoquera le contenu de son étude réalisée sur le quartier en 1969, Marion Serre apportera un éclairage sur la réapparition des bidonvilles en France, à partir de l’exemple de la ville de Marseille. Il s’agira notamment d’en révéler la pluralité des formes et des pratiques, ainsi que les choix politiques dont ils font l’objet.

JEUDI 12 MARS 2020 À 18H

LE CAMP DU GRAND ARÉNAS ET L’ÉMIGRATION DES JUIFS D’AFRIQUE DU NORD : 1946-1966

Par Nathalie Deguigné, autrice d’un mémoire sur le sujet et co-autrice avec Émile Temime du livre « Le camp du Grand Arénas, Marseille, 1944-1966 ».

MARDI 7 AVRIL À 18H

QUELLES POLITIQUES URBAINES FACE AU MAL LOGEMENT DEPUIS 1945 ?

Par Virginie Baby-Collin, géographe, et Céline Regnard, historienne, enseignantes-chercheuses à Aix-Marseille Université, membres du laboratoire TELEMME et de l’Institut Universitaire de France et Nicolas Binet, directeur du GIP Marseille Rénovation Urbaine.

Le problème du mal logement devient une question majeure de la société française de l’après Seconde Guerre mondiale. Cette conférence permettra de replacer l’histoire du quartier de la Cayolle dans le contexte de l’histoire urbaine de Marseille, et plus largement, des politiques urbaines françaises de logement.

MARDI 12 MAI À 18H

LA CAYOLLE, HABITER PROCHE DE LA NATURE

Par Valérie Deldrève, sociologue et directrice de recherches à l’Irstea et Arlette Hérat, Maîtresse de conférences, ENSA-Marseille, (laboratoire Project), chercheure associée au LPED, UMR 151 AMU – IRD.

Une particularité forte du quartier réside dans sa très grande proximité avec les espaces naturels. Ceux-ci ont donné aux habitants l’opportunité d’élargir leur territoire de vie face à une condition urbaine marquée par l’éloignement et le manque de services. Que devient cet attachement à la nature au moment où le Parc national des Calanques s’ancre dans le territoire ? Présentation issue de travaux menés depuis 2008 à l’occasion de l’avènement du Parc national des Calanques.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s