1959 – 1983 : La CIMADE (Comité Inter-Mouvements Auprès des Evacués)

Il s’agit d’une sorte de fédération de mouvements de spiritualité protestante.

1959 : La CIMADE s’installe sur le site dans un wagon désaffecté au milieu des Tonneaux. A son origine se trouvent trois volontaires : deux suisses Bertrand Krayenbuhl, Jean-Luc Recordon et une suédoise Hélène qui deviendra sa femme. Ils partagent le quotidien des habitants du quartier. Après le retrait de la CIMADE Jean-Luc Recordon fonde l’ARENA. Il organise des aides au travail, à l’alimentation, aux soins médicaux.

De 1962 à 1965 : Aidé par des travailleurs bénévoles, il construit un centre d’apprentissage en dur avec le soutien d’associations religieuses et de la mairie. Des formations en maçonnerie, en ferronnerie et en mécanique sont organisées.

Un atelier de mécanique solidaire est créé où les jeunes aidés par Saddok Bouchoucha réparent eux-mêmes leurs voitures

Le centre se développe et devient un centre d’apprentissage où sont donnés des cours d’alphabétisation, où sont organisés des formations, des loisirs, des ateliers d’aide aux femmes.

Il met en place des colonies de vacances en Suisse son pays d’origine qui marquent beaucoup les enfants.

1981 : Le centre déménage Hameau de la Pinède, dans un local partagé avec l’ATOM, et dans des ateliers construits par Logirem avenue Colgate.

En 1983 : L’ARENA cesse son activité. Jean-Luc Recordon part en retraite.

Jean-Luc Recordon est décédé à Marseille en 2007. Il garde une place importante dans la mémoire des habitants.