TEMOIGNAGE AUTOUR DU CAMP DU GRAND ARENAS Nathalie Deguigné Extraits de la conférence du 15 septembre 2018 à l’ancien Bar Martin

« C’est avec grand plaisir que j’ai répondu à l’invitation de Nicole Bonfils.Je suis ravie d’être ici car une petite partie de ma vie est liée à ce quartier et ce, depuis plus de vingt ans.

Aujourd’hui, il me semblait plus intéressant de vous livrer mon témoignage plutôt que de proposer une conférence d’histoire. »

« Je ne pensais pas que cette histoire qui me ramènerait nombre de fois à La Cayolle allait me faire vivre une expérience humaine incroyable. J’avais 22 ans et le Grand Arénas m’a ouvert les yeux sur une réalité qu’on ne peut palper, assis sur les bancs de l’université. Cette histoire, l’histoire de La Cayolle m’a faite grandir. Je compris ce que pouvaient être des parcours de vie. Je saisis alors l’histoire, non grâce aux livres, qui m’avaient toujours passionnée jusque là, mais par l’intermédiaire de multiples paroles vivantes. »

« Bien sûr j’intégrais cette histoire à la Grande Histoire, l’histoire officielle, l’histoire politique : elle se situait juste après la Seconde Guerre mondiale et demeurait étroitement liée aux phénomènes de décolonisation et à la fin des protectorats français au Maroc et en Tunisie. J’étais très intéressée par le travail de dépouillement d’archives (archives départementales et municipales à Marseille, entre autre) mais aussi à Paris au Quai d’Orsay (archives diplomatiques). J’avais vraiment l’impression de mener ma propre enquête, allant de découverte en découverte ».

« Mais très vite et grâce aux témoignages que j’allais récolter, j’orientais mon mémoire sur une histoire des mentalités et mettais en valeur l’humain et l’humanité de cette histoire.. ».

« Car face à cette histoire, il m’a semblé tellement important d’expliquer ce que les gens ressentaient. Raconter l’histoire, ce n’est pas simplement expliquer des faits. Certes les contextualiser, les analyser permettent d’avancer et de comprendre les événements. Mais ce qui m’a interpellée avant toute chose, c’est ce souffle d’humanité et cette grande solidarité qui a traversé l’histoire de La Cayolle. »

« Le quartier n’a pas simplement été traversé par des faits historiques ; sa population a vécu de grands changements. Elle a réussi à poser des modèles d’entraide et de solidarité exceptionnels.

On y retrouve des acteurs sociaux, des militants mais aussi, simplement des hommes et des femmes qui ont prouvé qu’ils savaient vivre ensemble et pouvaient arriver à rendre leur vie meilleure.Je pense que les habitants de La Cayolle doivent tous connaître cette histoire et la porter. »

Vous pouvez retrouver l’intégralité du texte dans la rubrique: Histoire du quartier onglet Documents .

TEMOIGNAGE AUTOUR DU CAMP DU GRAND ARENAS

Un grand merci à Nathalie que l’on retouvera l’année prochaine au musée d’histoire pour les journées du patrimoine 2019 ou le quartier de La Cayolle sera présenté.

Le bar Martin a réouvert ses portes Samedi 15 septembre 18h

 

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s